EN CARRIOLE AVEC ROSNY

Astrolabe N° 9
CRLV – Université Paris-Sorbonne
En carriole avec Rosny
Le moyen de transport finlandais, dans une gravure de 1886

EN CARRIOLE AVEC ROSNY
Le moyen de transport finlandais, dans une gravure de 1886

 

rosny.jpg
Léon de Rosny, Le Pays des dix-mille lacs.
Quelques jours de voyage en Finlande, Paris, Paul Ollendorff, 1886,
gravure hors-texte entre p. 162 et p. 163

Léon de Rosny (1837 - 1916) est un très célèbre orientaliste, professeur de japonais à l'École des Langues Orientales de Paris à partir de 1868. Sa carrière le place parmi les fondateurs de la Société d'Ethnographie et en fait un membre renommé de l'Institut de France. En tant que spécialiste des cultures chinoise et japonaise, il participe en 1873 à un congrès international d'orientalistes à Saint-Pétersbourg et profite de quelques semaines de voyage dans la partie méridionale de la Finlande[1]. Le voyage prévoit l'utilisation de moyens de transport modernes et anciens : train, bateau et carriole. Cette dernière est une espèce de diligence, typique de la Finlande méridionale, pays où le chemin de fer n'est pas encore diffusé à cette époque. Voilà ci-dessous les mots du voyageur pour la description complète :

La carriole est le véhicule national de la Finlande ; il y remplace notre chaise de poste, notre diligence, et, dans l'intérieur des villes, le fiacre français, le cab anglais et le drochki russe ou prussien. Ce véhicule est d'une simplicité primitive ; c'est à proprement parler une petite charrette, non suspendue, à deux roues, dans laquelle deux personnes, le cocher et le voyageur, peuvent trouver place en se serrant les côtes[2].

Au début du chapitre X l'auteur publie une gravure d'un paysage typique finlandais avec une carriole (dont on parle dans le même chapitre) : le dessin à la plume a été effectué par Rosny même, tandis que la gravure est signée par W. Hégel, le réalisateur de toutes les gravures du récit. Dans l'image on voit bien la carriole, tirée par deux chevaux et ses deux passagers, comme il est évoqué dans la description du récit. Juste derrière, au virage de la route, on voit surgir un des chevaux de la deuxième carriole (Rosny affirme qu'avec ses amis il en a loué deux, car les voyageurs sont trois en tout). Dans les pages suivantes, Rosny dépeint le paysage de la Finlande méridionale, que le lecteur peut voir dans la même image :

La route, sablée et bien entretenue, présente des montées et des descentes continuelles. Celles-ci sont parfois si rapides qu'une certaine prudence nous était commandée pour éviter des accidents, surtout dans la carriole que nous étions obligés de conduire nous-même.

La végétation de la partie de la Finlande que nous avons parcourue de la sorte est sans cesse la même : partout des forêts de sapins et de bouleaux, entrecoupées ça et là par quelques prairies et par des champs de culture[3].

La route sablée, les prairies et les sapins sont mis en évidence dans l'image, même s'il y a un accent plus centro-européen que finlandais comme en témoignent les moulins (en style hollandais) qu'on voit en premier plan à gauche et loin au fond de la gravure.

L'image est riche de particularités : la palissade au premier plan entre le moulin et la maison, l'église derrière, les petites collines lointaines, les branches des sapins, les roches sur lesquelles grimpe la carriole. Cette dernière est représentée d'une manière minutieuse, avec ses passagers et ses chevaux. Le détail du deuxième cheval sortant du virage donne un ton de réalisme très significatif.

L'autre impression qui ressort de cette gravure est le contraste entre la partie avant droite, plus sombre et très détaillée, et la gauche du fond, plus clair, ébauché et presque diaphane.

En qualité de savant et d'ethnologue, Rosny a une grande attention pour les caractéristiques de la culture et des traditions finnoises qui se reflète dans tout le récit de voyage ainsi que dans ses dessins. La relation comprend seize gravures, toutes dans le style qu'on vient d'analyser, avec de forts contrastes d'ombre/lumière, de nombreuses particularités, toutes publiées face aux pages où on parle de l'objet ou du paysage représenté, avec l'intention précise de mieux expliquer et rendre l'idée donnée par les mots du voyageur.

Alessandra Grillo


  1. ^ Sur Rosny voir : Inkeri Tuomikoski-Dombre, Voyageurs français en Finlande, Paris, Bibliothèque Nordique, 1966, p. 143-155 et Alessandra Grillo, « Leon Louis Lucien Prunal Rosny : alla scoperta del paese dei laghi », Settentrione, Turku, 2003-2004, n° 15-16, p. 167-174
  2. ^ Léon de Rosny, Le Pays des dix-mille lacs. Quelques jours de voyage en Finlande, Paris, Paul Ollendorff, 1886, p. 163
  3. ^ Ibid., p. 166-167

Pour citer cet article:

Référence électronique
Alessandra GRILLO, « EN CARRIOLE AVEC ROSNY », Astrolabe [En ligne], Janvier 2007, mis en ligne le 26/07/2018, URL : https://astrolabe.msh.uca.fr/janvier-2007/dossier/en-carriole-avec-rosny