LA CAMPAGNE À VÉLO

Astrolabe N° 10
CRLV – Université Paris IV Sorbonne
La campagne à vélo
Le tour de France d’un reporter vélocipédiste

LA CAMPAGNE À VÉLO
Le tour de France d'un reporter vélocipédiste

 

image002_4.jpg
Photo Laurent Loubet (tour de France 2002)

Par les temps qui courent, pour un journaliste, il faut savoir partir à point, quitte à ne réaliser que des virgules dans la glose politique, « aller son train de Sénateur », « se hâter avec lenteur ». Reprenant cet adage, son vélo et ses bagages, Raphaël Krafft, reporter à Radio France, reprend aussi sa mission de reporter vélocipédiste. Commencée en 2002 pour les élections législatives, elle lui avait fait parcourir « une France à l'image de cet habitant de la Marne, fermée, craintive », il avait alors « effleuré ce que des géopolitologues allaient bientôt ré-expliquer : le rôle des couloirs d'invasion, des axes de communication, des anciennes frontières, de l'organisation du territoire dans la diffusion des idées populistes. C'était la France de l'Est et notre regard était guidé par le choc provoqué le 21 avril 2002 ». Pour France culture, il repart sur les routes de la province couvrir pendant plusieurs mois les deux prochaines élections nationales. L'entreprise, pour n'être pas formatée selon les concepts éditoriaux du moment, a pas mal d'allure. Moins systématique qu'un micro-trottoir, moins statistique qu'un panel de plateau, moins appliqué qu'une enquête, le reportage vélocipédiste offre une chronique quotidienne, prosaïque et décalée : l'écho des campagnes en somme, qui restent le dernier territoire exotique ouvert à l'anthropologue de fortune.

La découverte de la France d'en bas nécessite cependant de gravir quelques côtes. Elle ne se donne pas si facilement à qui veut la prendre, elle réclame du doigté et dans le cas présent du mollet. Il en livre le récit sur son blog de campagne. Ne vous inquiétez pas trop de ce vocable, il s'agit plus ici d'un carnet que d'une affiche. Le texte s'accompagne de photographies, d'enregistrements audio et vidéo et rappelle, malgré la présentation normée du logiciel de mise en ligne, la facture et l'esprit d'un carnet de route : l'improvisation et la collecte, l'écriture spontanée et les récits au débotté. Mais revenons au parcours. La première de ses difficultés est à considérer comme hors-catégorie. En fait de côte, c'est une butte, toujours dure aux malheureux et propice aux (dés)accords de musique. La cérémonie du départ y est respectée à la lettre avec un brin d'exagération qui sied aux grandes aventures du quotidien, ainsi l'adieu est prononcé à la russe « S'Bogom » façon Kessel. La suite est moins enfiévrée.

Qui veut aller loin, ménage sa monture, et laisse en guise de sondage son micro en pâture, dans nos vertes vallées, nos gris paysages, dans l'humeur sombre d'un hiver en gages. Une époque pleine de promesses. Mais là rien n'est prévu ou si peu, il faut donc s'en remettre à la providence ou à ses servants moins commodes, plus chiches dans leurs agapes et à la charité très ordonnée. Pour toucher les cœurs endurcis, notre journaliste - on ne peut s'empêcher d'avoir de la sympathie pour ce Don Quichotte de la presse qui lutte comme un beau diable dans des paysages déserts qu'on imagine de grands vents - devra user de sa connaissance des ressorts humains et d'une plume bénie pour flatter l'ego du lecteur fidèle. Que Le Monde le sache, il détient la clef du presbytère.

L'une des qualités principales de ce journalisme itinérant tient dans cette attitude ouverte, cette humeur équanime, cette affabilité discrète, cette curiosité émerveillée et opiniâtre, à la lisière de l'ironie et de la surprise. Et puis il y a quelque chose d'incongru dans ce colportage radiophonique permis par la dernière technologie, d'incongru et d'heureux dans leur rencontre qui permet d'écouter la vitesse du son. Écoutez dans ces prises de parole anticipées, dans ces mains levées, dans ce salut de l'électeur avant l'heure, la vitesse du bruit ambiant, écoutez ces voix in medias res comme gagnées par la précipitation des médias. Écoutez et méditez ces formules rabâchées : vous pouvez, vous aussi, prendre la clef des champs.

 Jean-François Guennoc

Site

Pour citer cet article:

Référence électronique
Jean-François GUENNOC, « LA CAMPAGNE À VÉLO », Astrolabe [En ligne], Février 2007, mis en ligne le 26/07/2018, URL : https://astrolabe.msh.uca.fr/fevrier-2007/dossier/la-campagne-velo